Languedoc

2016
Vignoble Minervois

En dépit de conditions météorologiques extrêmes dans certains secteurs, le millésime est réussi avec même de très belles réussites en Minervois et sur les terrasses.

L’hiver a été très doux en Languedoc, entrainant un démarrage précoce du cycle végétatif que la fraîcheur printanière a peu à peu freinée.

Le caractère saillant du millésime est l’extrême sécheresse supportée  par le vignoble. En effet, il y a eu très peu voire pas du tout de précipitations pendant toute la saison estivale.

La maturation des raisins s’est déroulée sur un rythme inhabituel en raison des fortes chaleurs diurnes qui accompagnaient la sécheresse.

Le manque d’eau a entraîné l’une des plus petites récoltes de l’histoire du Languedoc, avec des volumes généralement inférieurs à la normale, et très nettement déficitaires sur les secteurs littoraux, les plus durement touchés par la sécheresse. Au nord ou à l’est de Montpellier, il y a également eu des vignobles totalement saccagés par les épisodes de grêle en aout.

Malgré tout, l’état sanitaire du vignoble à l’approche des vendanges était excellent, en raison des belles journées et de nuits assez fraiches, avec des charges légères des grappes permettant une bonne ventilation.

On constate une grande disparité des volumes avec des secteurs stable ou en hausse légère et d’autres en repli selon le niveau de sécheresse, la qualité des sols et les possibilités d’irrigation. Les résultats sont également différents selon les cépages, le carignan et le mourvèdre ont par exemple particulièrement bien supportés le manque d’eau.

Le millésime se révèle ensuite plutôt technique à la cave, pour préserver équilibre et fraicheur lorsque la concentration naturelle apporte des hauts degrés et des acidités en berne. Heureusement sur nos approvisionnements, l’équilibre est là. Pour nos blancs et rosés, les vins sont plutôt fruités, frais et aromatiques. Les rouges se montrent gourmands, souples et très fins avec une acidité surprenante.