Provence – 2017

La sécheresse restera le fait marquant du millésime 2017 dans le Sud de la France. Sur la période Avril-Septembre, la Provence enregistre 226 mm de précipitations soit un déficit de 44% par rapport à la moyenne. On n’avait pas vu cela depuis 1979.

Après un hiver et un printemps doux et secs la Provence est, comme le reste de la France, frappée par un violent épisode de gel le 29 avril affectant surtout le vignoble du centre Var. Très présent tout au long de l’année, le Mistral s’il a permis de conserver un assez bon état sanitaire dans le vignoble a, lui aussi, contribué à renforcer la sécheresse.

Dès la mi-juillet, une grande partie du vignoble provençal se retrouve en stress hydrique. Les vendanges ont démarré autour du 16 août en Provence, avec 15 jours d’avance sur les années normales. Les baies sont à la fois petites et avec peu de jus. Conjuguée à la coulure significative des Grenache, la production sera très limitée, environ 20 à 30% de moins que 2016 en fonction des zones.

Bandol est globalement épargné par le gel et la sécheresse y est, en partie, atténuée grâce à l’influence maritime. Les vignobles dont les sols sont travaillés depuis plusieurs années donnent des récoltes satisfaisantes avec des Mourvèdre tardifs magnifiques.

Les rosés 2017 sont finalement assez pâles avec des couleurs qui chutent fortement en vinification en raison du faible niveau d’anthocyanes dans ces raisins aux maturités précoces. Le profil aromatique est expressif avec des acidités préservées. Elégants et complexes, ils présentent de beaux équilibres.