Languedoc

2019
minervois

La sécheresse devient une donnée récurrente en Languedoc Roussillon, après un millésime 2018 relativement épargné, 2019 fut de nouveau marqué par un épisode de sécheresse intense.  L’année  commença avec un printemps froid et plutôt sec (voire très sec dans le Roussillon), qui a contraint le développement végétatif des vignes du fait réchauffement du sol et donc de la faible disponibilité des éléments minéraux autour de la floraison. Ensuite les fortes températures estivales sont arrivées et ont engendré des situations disparates. Le pourtour méditerranéen et plus précisément l’est du Languedoc Roussillon ont connu un épisode caniculaire très intense le 28 juin avec des températures atteignant les 45°C par endroits sous abri.

On observa quelques échaudages sur les vignes les plus sensibles en fonction des pratiques culturales des vignerons et de leur situation. S’en est suivi une sécheresse importante sur les mois d’étés. Ce temps estival sans eau engendra des arrêts de croissance pendant les pics de chaleurs et donc de maturité. 2019 commença avec une semaine de décalage par rapport à 2018 et 2 semaines par rapport à 2017.  La situation s’est cependant débloquée avant les vendanges par une baisse des températures la nuit pendant le mois de septembre et quelques épisodes pluvieux salutaires. L’état sanitaire étant très bon, le vignes ont pu réenclencher leur processus de maturation.

Dans le Languedoc on observe des situations assez contrastées en fonction de l’impact de la sécheresse, le Gard et l’Est Hérault,  particulièrement les coteaux furent plus impactés que l’Aude et le Roussillon qui ont eu quelques pluies modérant le stress hydrique du vignoble.

Ce millésime est plus tardif et concentré que l’an passé avec des trames tanniques mieux définies et des acidités plus faibles.  La qualité est prometteuse grâce à un état sanitaire irréprochable et une concentration des baies plus importante dans un style plus languedocien.